Accueil > intra-muros > Briki Amar expose “Fragments intimes” à Seen Galery du 14 avril au 4 mai

Briki Amar expose “Fragments intimes” à Seen Galery du 14 avril au 4 mai

Une exposition de peinture, célébrant le trait et le graphisme à la croisée des chemins entre figuration et abstraction, a été inaugurée vendredi à Alger par le plasticien Amar Briki.

Intitulée “fragments intimes” cette exposition organisée à la galerie d’art “Seen Art Gallery” explore des sujets et des objets, d’apparence ordinaire, avec une certaine redondance qui permet des variations infinies.

Amar Briki célèbre le trait du peintre Amedeo Modigliani dans une série intitulée “portrait de femmes”, des portraits détachés et volontairement imprécis abordant, selon l’inspiration du moment, la femme comme modèle et comme perception.

La redondance des sujets étant le caractère principal de cette exposition, le peintre propose une série de paysages imaginaires en petits format, avec une palette dominée par les couleurs sombres (gris, vert et marron), traduisant des paysages linéaires aux formes à peine perceptibles sans pour autant reproduire des images existante.

L’artiste aborde également des objets ordinaires, sublimés par le dessin et les éléments graphiques, dans des œuvres comme “Lit”, “Chaussettes”, “Bouteilles” ou encore “Pièce en terre cuite” où il dit représenter “l’image et la perception que l’on se fait de l’objet et non l’objet lui-même”.

Cependant trois grand format cassent avec cette construction autour du dessin et de l’objet, où Amar Briki revient au figuratif en explorant la ville d’Alger inspirée par d’ancienne images et cartes postales de la période coloniale, une manière de “mettre en avant la beauté de cette ville souvent perçue comme stressante et oppressante”.

Dans cette série l’artiste propose “La gare d’Alger”, “Le port d’Alger” et “La place du cheval”, des œuvres sur lesquelles il a également imposé le trait du timbre postal ou des dates.

Né en 1963 à Dellys, Amar Briki est diplômé de l’Ecole nationale des Beaux-arts d’Alger en 1986, il participe un an plus tard à un projet en hommage à Pablo Picasso intitulé “Bus peints”.

Il a participé à la triennale graphique de Cracovie (Pologne) en 1991 et au Festival des arts plastiques de Mahres (Tunisie) en 1997 avant de prendre part à une résidence de création à Grenade en Espagne. Il a également exposé en Russie, en Italie et en France entre 2010 et 2014.

source : aps.dz

“lorsqu’il se penche sur le travail qui l’occupe, “Amar Briki” oublie la rumeur, il pratique cette lente descente dans son art comme on entre en retraite. Il cherche dans le silence, seul autorisé à l’accompagner, vers où le mène sa voie. Il laisse ses marques, traces, ratures sur le papier. Il le traite de toutes les façons possibles, jusqu’à ce qu’il en exprime l’essentiel… Parfois, l’essentiel se résume à des phrases commencées et laissées en suspens, des ombres, des formes en parties dévoilées. L’artiste ne cherche d’ailleurs pas à plaire. Il y est indifférent….  Le dessin est libre mais reste cependant juste esquissé, proposé. Il gardera y compris la trace de ses cheminements, de ses recherches et de ses doutes. Une empreinte de l’artiste. Libre à celui qui regarde de dire, de lire la suite avec son propre imaginaire. Une révélation libérée par les encres, les vernis et les couleurs d’une rare sobriété. L’œuvre achevée, l’artiste est encore en questionnement.”

Extrait de texte de Ouahiba Adjali

Page eventhttps://www.facebook.com/events/726618294172609/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *