intra-muros :
Accueil > in-vitro > Touche pas à mon sapin !
Joyeux Noël

Touche pas à mon sapin !

Dans son rapport final, la COP22 ignore le sapin de Noël et les conséquences désastreuses de la destruction du sapin et son éco système pour les fêtes de chaque fin d’année.

Pour cette année par exemple, les champions de la COP21 ont découpé pour le palais de l’Elysée un sapin vieux de 22 ans s’il vous plait. Ainsi, rien qu’en France, on consomme plus de 5.5 millions de sapins naturels (l’artificiel pour un autre post) pour plus de 25 millions de dollars de vente de sapin “naturel” aux USA…

La stupidité étant exequatur pour toutes les idéologies en cours avant et demain, les êtres humains faute de responsabilité envers toutes les espèces vivant sur terre n’arrivent pas à s’en défaire. Pour les COP (N+1) on ne mesure pas encore, les effets positifs du sapin naturel sur l’environnement, Jésus passe avant.

1 – le sapin naturel produit de l’oxygène à partir du dioxyde de carbone ( CO2) via la photosynthèse. Suivant les espèces, un sapin a besoin de 5 à 10 ans avant d’atteindre la hauteur souhaitée pour la mise en vente. Durant cette période, l’arbre transforme le dioxyde de carbone de l’atmosphère en oxygène. Cela permet ainsi de réduire la concentration de dioxyde de carbone atmosphérique qui contribue à l’effet de serre. Un hectare de plantation peut éliminer jusqu’à 26000 kg de polluant d’air annuellement.

2 – il améliore la stabilité du sol :
Le système racinaire stabilise le sol et permet de réduire les risques d’inondation dus à l’érosion par les vents ou les eaux. La perméabilité des plantations d’arbres de Noël réduit le ruissellement lors des pluies estivales.

3 – il sert d’habitat aux animaux sauvages :
Les plantations de résineux attirent une grande variété d’animaux tels que les passereaux ou encore les mésanges, ainsi que des rongeurs et de petits gibiers comme la perdrix.

4 – il est intégralement biodégradable :
Après les fêtes, le sapin naturel pourra être transformé en copeaux ou composté. Il se décompose de lui-même et retourne à son élément nutritif dans le sol : l’humus. (Ah les végétaux).

Pour boucler la boucle de la stupidité des êtres humains, selon le Center for Global Development (cgdev.org), les “lumières décoratives” qui ornent notamment les sapins et guirlandes à Noël aux Etats-Unis pèsent 6,63 milliards de kilowatts/heure, soit bien plus que ce qui est consommé nationalement chaque année par le Salvador (5,35 milliards), l’Ethiopie (5,30 milliards) ou la Tanzanie (4,81 milliards)…

Bonne année ?

Synthèse Ouamer-Ali Tarik (alias OA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *