Accueil > art drive > Algérie : l’Art Est Public, du 1 au 3 mai 2019 sur le territoire national

Algérie : l’Art Est Public, du 1 au 3 mai 2019 sur le territoire national

Belle initiative de l’art est public, qui affirme dans un communiqué que nous publions çi dessous. Il serait bien que les initiateurs puissent s’afficher publiquement pour une meilleure représentativité artistique et citoyenne.

COMMUNIQUé

Aujourd’hui, la jeunesse algérienne a démontré sa volonté d’un changement social et sociétal ; Elle apparait comme  actrice  principale d’une  Algerie  moderne et nouvelle.  De nombreuses initiatives d’une jeunesse pleine d’idée et de compétences plurielles se sont créées.

Dans le cadre  de  participation  à  la  réappropriation  de  l’espace public qui se  déroule actuellement  dans  le pays,  nous  nous sommes  concerté.e.s   entre  jeunes  de  plusieurs  wilayas  afin d’organiser la seconde édition simultanément de l’Art Est Public. 

En aout 2017, nous avons donné naissance à la première édition de l’Art Est Public, qui est une initiative du peuple pour le peuple.

Plus concrètement, l’idée était d’aller à la rencontre des différentes communautés locales du pays pour partager, échanger et composer autour de créations collectives et multicolores.

Pour cette édition, l’intention est de favoriser l’appropriation de l’espace public par les habitants et d’apporter de la couleur là où on ne l’attend pas. Et ceci, en contact direct avec les habitants pour favoriser l’interaction et susciter une réflexion collective.

Durant « l’Art Est Public »,   L’occasion  sera donnée aux habitants des quartiers de découvrir les arts plastiques grâce à des actions de Street Art,des opérations de nettoyage du quartier  afin  de sensibiliser de la jeune génération à l’écologie. Des ateliers/débats seront mis en place sur les thématiques suivantes : citoyenneté et vivre ensemble, les droits humains et l’action collective. 

 Plusieurs artistes, bénévoles et associations, seront au rendez-vous pour partager leur art,  leur expériences et leur engagement. Afin de sensibiliser les jeunes de ces quartiers et de s’investir autour d’un projet  d’embellissement et de nettoyage du quartier, et  surtout d’enclencher une dynamique collective basée sur l’engagement civique et citoyenne

A travers « l’art est public » nous désirons venir en complément des initiatives existantes afin que les citoyen.e.s soit acteur/actrices de la transformation sociale plutôt que de simple spectateur.

 

Pourquoi l’Art Est Public ?

Les évènements récents en Algérie ont démontré que la jeunesse à son mot à dire et veut plus que jamais agir pour le changement. L’Art Est Public répond à ses besoins par ses objectifs et sa finalité .

Par l’Art Est Public nous désirons :

  • Participer à la démocratisation de l’art de rue comme outil de revendication citoyenne et de mobilisation citoyenne.
  • Participer à la promotion de la citoyenneté active.
  • Sensibiliser la jeune génération à l’écologie.
  • Initier et/ ou renforcer les collectifs citoyens.

 

Public et wilayas ciblée  :

Notre public cible est l’ensemble des citoyennes et citoyens (habitants des quartiers populaires, jeunes, enfants etc…) des wilayas ciblées.

Les wilayas (régions) visées par notre projet :

  1. Béjaia, Akbou, Tizi ouzou située à l’est de l’Algérie.
  2. Oran, Sidi Bel Abes  située à l’ouest algérien
  3. Alger, la capital, cœur névralgique de l’Algerie.
  4. Le Sud Algerien.

 

Les dates : 1 au 3 mai 2019.

 

Le programme de l’Art Est Public : 

Au programme de ces 3 jours :

    • Des ateliers citoyens sur les thématiques suivantes :démocratie participative, constitution, agir en collectif,  droits humains et le vivre ensemble.
    • Des sessions de street art/fresque.
    • Théatre de rue.
    • Expositions
    • Des ateliers pour enfants (dessin et  recyclage )
    • Des campagnes de nettoyage des quartiers.
    • Des Campagnes de sensibilisation au respect de l’environnement 
    • Des projections de film documentaire et débat.

 

Un des témoignages d’une participante a la première édition;

Ghania  : « Ce que l’on retient et c’est ça le plus formidable … c’est l’échange avec les habitants qui sont issus d’une autre classe sociale que nous tous. Nous ne sommes pas riches, ni pauvres (en argent) mais nous avons essayé d’apporter notre richesse culturelle, nos mots réconfortants et nos câlins pleins d’amour. Nous avons partagé ! Nous avons vu des sourires, du bonheur dans les yeux des habitants, c’est tellement plus essentiel que tout. Je suis persuadée que nous avons donné une nouvelle vision des choses à quelques personnes et on en est fiers ».