Accueil > actualités > Beaux livres sur la peinture algérienne : « Les fondateurs » & « Abstraction et avant-garde » de Ali El Hadj Tahar aux éditions Alpha.

Beaux livres sur la peinture algérienne : « Les fondateurs » & « Abstraction et avant-garde » de Ali El Hadj Tahar aux éditions Alpha.

« Les fondateurs » & « Abstraction et avant-garde »,  sont les premiers ouvrages sur une série touchant à la peinture algérienne et qui comprend six livres au total : « Les fondateurs », « Abstraction et avant-garde », « La figure et sa présence », « Le signe », « L’art naïf », « La Miniature et l’Enluminure » de Ali El Hadj Tahar.

« Les fondateurs » (205 pages) & « Abstraction et avant-garde » (290 pages) sont deux ouvrages (beaux livres) édités par les éditions Alpha en 2015. S’agissant des contenus respectifs de ces publications, l’auteur Ali Hadj Tahar, affirme sur El moudjahid du 15-11-2016 : « Ne pas se limiter à répertorier les créateurs algériens. Il fait connaitre leurs œuvres, leurs styles et leurs techniques en émettant sur eux un jugement qui soit le plus complet et le plus juste possible ».
                                                                     

« Les fondateurs »

Retraçant l’évolution des arts plastiques en Algérie, Ali El Hadj Tahar évoque les ancêtres et les pionniers de l’art pictural en Algérie, en décrivant les différentes périodes historiques qui se sont succédées en Afrique du nord, notamment la période néolithique et les fresques et gravures rupestres du Tassili,  les période numides, puniques, maures, vandales, romains, arabes, ottomans, témoignent quelques sites archéologiques : Timgad, Djemila, Tipasa, Cherchell, la Kalaâ des Beni Hammad entre autres, classés au patrimoine mondial de l’Unesco.       

L’apport et le brassage de cultures exceptionnels à travers l’histoire de l’Algérie surfaient aussi sur le sillage de la colonisation française et les peintres de l’Ecole d’Alger ou l’influence de l’Algérie sur les orientalistes notamment : Delacroix, Fromentin, Renoir, Guillaumet, Nasr-Eddine Dinet, Dubuffet…etc, a été extrêmement productive, avec le séjour de plusieurs dizaines d’artistes occidentaux en terre algérienne, dont les trois principaux piliers du mouvement, en l’occurrence Delacroix, Chassériau et Fromentin. A titre d’information, une œuvre majeure de Delacroix  « Femmes d’Alger dans leur appartement » figure dans la collection du Musée des Beaux-Arts Alger.

Ali El Hadj Tahar évoque dans son ouvrage sur « Les fondateurs » la nouvelle génération de plasticiens algériens qui s’impose à partir des années vingt comme les premiers fondateurs de la création contemporaine algérienne grâce à l’originalité de leur langage pictural, et marquent une rupture avec l’académisme qui avait figé la peinture algérienne. Ces artistes précurseur de la modernité dans le champ pictural algérien se nomment : Baya, Benanteur, Samson, Louail, Issiakhem, Ali-Khodja, Khadda, Mesli, Guermaz ou Aksouh, etc. Ils étaient animés d’une volonté tenace d’émerger sur la scène artistique et porteur d’une modernité très singulière, collectivement ou individuellement, tout aussi concernés par la situation politique du pays à l’époque. Des artistes à qui nous devons un discours plastique puisant aussi bien dans l’art vivant de leur jeunesse que dans le patrimoine symbolique inventé et accumulé tout au long de l’histoire culturelle algérienne.

Le livre, documenté, de l’auteur rend compte en dernière partie l’histoire de la peinture en Algérie au XXe siècle, du retour à la miniature telle que l’ont symbolisé Mohammed Racim, Temmam, Hamimouna, Ranem, Bendebbah, etc. jusqu’aux activités des groupes Aouchem durant les années 60/70 et Essebaghine, très récemment.

Une partie de l’ouvrage consacre 26 artistes plasticiens et considérés par l’auteur comme les pionniers de l’art algérien. Une importante iconographie y accompagne les textes de présentation des artistes répertoriés ainsi que la rétrospective de leurs travaux et les différentes influences qu’ils ont reçues ou exercées durant leur parcours en tant que plasticiens. 

« Abstraction et avant-garde »

le second ouvrage retrace la période des années 1970 et la nouvelle génération de plasticiens. Il consacre 63 artistes notamment : Mustapha Boucetta, Adlène Djeffal, Moncef Guita, Khimoune Rachid, Arezki Larbi, Larouk Djamel, Mustapha Nedjai, Driss Ouadahi, Nordine Belhachemi, Amine Khodja sadek, Malek Saleh. Dans son édition, Ali Hadj Tahar évoque aussi  les plasticiens des années 1990 : « le passage de le perception collective vers individualisme encouragé par le développement technologique et les écoles de formation spécialisées dans les beaux-arts .

çi joint, les artistes figurant dans l’ouvrage Abstraction & avant-garde des éditions Alpha.

ABBACI Hakim, ABBASSI Nasreddine, ABDELLAH Khaled, ABDELLAOUI Mourad, ABSI Hocine, ADANE Mustapha, AÏDOUD Abderrahmane, ALLALOUCHE Amar, AMHIS Jamil

AMINE-KHODJA Sadek, ARZAZI Abdelkader, BAKLI Mohamed, BELHACHEMI Noureddine, BENAZOUZ Noureddine, BENCHEMAKH Kamel, BENMISSI Nasser, BENMOHAMED Djamila, BENTAYEB Saliha, BENYAHIA Younès, BISKER Fatiha, BOUCETTA Mustapha, BOUDRAA Hacène, BOULFOUL Latifa, BOUMEGOURA Abdelghani, BOURMEL Yahia, BOUSSAÏD Meziane, BRIKI Amar, CHEKOUFI Nadjia, CHELLALI Hamida, DJEFFAL Adlane, DJOUA Mohamed, DRICI Hocine, EL HADJ TAHAR Ali, GHOUAR Ghani, GUITA Moncef, HACHANI Yacine, HADDADI Layachi, HAMIDI Ahmed, KAHLI Djamel, KHIMOUNE Rachid, LARBI Arezki, LAROUK Djamel, LERARI Mohamed Arslane, MADJOUBI Abdelmalek, MEBARKI Ahmed, MEZIANI Karim, MEZRED Abderrahmane, NEDJAÏ Mustapha, NEDJAÏ Noria née Labbaci, NEZZAR Kamel, OUADAHI Driss, OUAMANE Tahar, OUCHÈNE Smaïl, RAHMANI Saïd, ROUABAH Abdelkader, SACI Mohand Arab, SALAH Malek, SEDDIKI Khadija, SIAGHI Smaïl, SOUADJI Mustapha, TALBI Djamal, YAHIA Abdelmalek, ZAHI Ali.

Ouamer-Ali Tarik

 

– La peinture algérienne. Les fondateurs (beau livre), édition Alpha, 205 pages, 2015. Prix 3500 DA.

– La peinture algérienne. Abstraction et avant-garde (beau livre), éditions Alpha, 290 pages, 2015. Prix 3500 DA.

 

Ali El Hadj Tahar