Accueil > à la une > Cameroun : “Je vous présente mes excuses”… l’oeuvre polémique !

Cameroun : “Je vous présente mes excuses”… l’oeuvre polémique !

À l’occasion d’un festival d’art contemporain au cameroun, l’artiste française Sylvie Blocher a érigé, mercredi 6 décembre 2017, à Douala, une œuvre demandant pardon au peuple camerounais pour les crimes de la colonisation française. Elle a rapidement fait polémique et a été détruite le lendemain par des activistes militant pour des monuments célébrant les héros camerounais.

Dans un entretien accordé à la rédaction des Observateurs de France 24, Sylvie Blocher a estimé avoir réussi son pari, en déclenchant un débat sur “la mémoire” dans le pays.

« Je suis déjà venue au Cameroun et je me suis beaucoup renseignée sur l’histoire du pays, et notamment les exactions commises par les militaires français dans le pays avant l’indépendance (…) Mon travail est hanté par la question de savoir comment un pays ou un peuple peut se reconstruire sans avoir reçu d’excuses de ceux qui l’ont violenté. Avec cette statue, je voulais poser la question des “excuses” françaises et donc par la même occasion celle de la mémoire. En ce sens, je pense avoir le même combat qu’Essama. Je l’avais d’ailleurs invité à l’inauguration de mon œuvre et je lui ai rendu visite en prison après son arrestation, mardi. Je m’étonne donc de sa violence à mon égard. Reste que, dans tous les cas, cette œuvre soulève des questions et des divisions dans la société camerounaise. La force de l’art est aussi dans cette capacité à faire débat. »

 

André Blaise Essama a répondu à la rédaction des Observateurs de France 24 le 9 décembre. Pour rappel en 2016, Essama avait tenté d’ériger, à cet endroit précis, une statue en l’honneur de John Ngu Foncha (ancien vice-président du Cameroun fédéral et grand acteur de la réunification du pays). Son projet n’avait pas abouti et Fritz Ntone Ntone, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, avait fait détruire la statue en question.

« En Afrique, notamment au Cameroun, on ne présente jamais d’excuses publiques sur les places. L’artiste Blocher […] s’auto-glorifie dans un zèle excessif qui frise le mépris du peuple camerounais. En matière de réciprocité, le Cameroun ne bénéficiera jamais d’exposer sur une place à forte concentration de passants [en France] une géante photo d’un de ses artistes inconnus des Français et prétendre servir d’art. Ce genre d’art contemporain est une escroquerie artistique instrumentalisée. La néocolonisation était en marche. »

 

Source : http://observers.france24.com/fr/20171208-cameroun-art-francaise-colonisation-pardon-detruite

Vidéo : https://www.facebook.com/equinoxe.television/videos/2060842757520806/

Réaction : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10215717501074492&set=a.1873947652381.2107552.1351869281&type=3