Accueil > actualités > Conférences : Arts plastiques, Design, Conservation-restauration du 29 au 31 janvier 2017

Conférences : Arts plastiques, Design, Conservation-restauration du 29 au 31 janvier 2017

Projet de conférences porté et proposé par l’Association RIVAGES, Marseille et Akila Mouhoubi, présidente de l’Association RIVAGES et coordonné par Nadira Laggoune, enseignante à l’Ecole Supérieure des Beaux-arts d’Alger

Conférences autour de l’enseignement de l’art : Arts plastiques, Design, Conservation-restauration du 29 au 31 janvier 2017

Un cycle de conférences sur les enseignements artistiques en Arts plastique, design et restauration-conservation muséale se déroulera du 29 au 31 janvier dans différents espaces à Alger. Ce cycle de conférences, qui se veulent aussi comme un cycle de formation, s’adressent aux enseignants, aux étudiants, aux futurs enseignants, aux chercheurs dans le domaine artistique, aux conservateurs et tout public concerné par l’enseignement de l’art.

Les intervenants et thèmes des conférences

Art et enseignement

Dimanche 29 janvier 2017 à 18 h au Centre Culturel Français d’Alger

Table-ronde avec François BAZZOLI , Ronan KERDREUX , Frédéric MATHIEU

Modération : Nadira LAGGOUNE, critique d’art et enseignante à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts d’Alger

Enseigner l’art ? Vaste et dérangeante question. Pourquoi enseigner l’art, tant les préjugés sont tenaces et les limites (historiques, techniques, pratiques, domaniales, catégorielles)presque indéterminables. Et surtout comment l’enseigner et à qui, tant les instincts de sauvegarde et les académismes rodent. Peut-on enseigner un art globalisé en omettant le poids des cultures spécifiques ? Peut-on enseigner le contemporain en faisant fi de l’histoire ? Faut-il enseigner des gestes réflexes ou des savoirs flexibles ? Comment donner à voir et à comprendre l’art, les arts, les périphéries de l’art, les fortunes diverses vécues parles œuvres et leur devenir? Le mot art englobe-t-il toutes les formes de création plastique, du concept au design ? Et bien d’autres questions qu’il faudrait se poser ou que l’on ne se pose pas encore. À l’évidence, il ne suffira pas d’une table ronde pour tenter d’aborder le problème.
___________

François BAZZOLI,Critique et Historien d’art,Professeur en Histoire de l’Art
Enseignements et Histoire(s) de l’art)

Le 30 janvier 2017 à 10h l’Ecole Supérieure des Beaux-arts d’Alger

L’histoire de l’art est une science humaine en pleine évolution dont l’enseignement a longtemps été académique, coincé dans des catégories à peu près toutes élaborées au XIX°siècle. La fin du XX° siècle a vu bouger les lignes et les frontières de cette discipline par la création de recherches inédites et parfois radicales, loin de l’histoire de l’art factuelle ou chronologique. L’arrivée, durant tout le siècle passé de continents inédits de recherche (arts premiers, liens avec la littérature, le cinéma, les sciences exactes) ainsi que l’apparition de nouvelles catégories de création (collage, installation, vidéo, infographie) obligeait à une révision des fondamentaux.

Dès lors, son enseignement devait aussi évoluer, au risque de couper le lien entre approches contemporaines et transmission pédagogique. La mise en évidence des interactions, que ce soit dans l’art du passé ou celui du présent, est une des pistes ouvertes mais il y en ad’autres.

______

Ronan KERDREUX  Designer, professeur de design à l’École Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée et coordinateur pédagogique de la phase projet (4èmes et 5ème années), chercheur au sein du laboratoire Project(s), professeur invité à l’Université de Savoie

Design et pédagogie

Le 31 janvier à 10h à l’Ecole Supérieure des Beaux-arts d’Alger

L’enseignement du design présente deux particularités :

– c’est un enseignement du projet, c’est bien dire que le projet, ses étapes, ses champs d’investigation, son registre esthétique précisent en même temps les champs d’action du futur designer et ses apprentissages spécifiques nécessaires ; pas d’enseignement technique systématique qui s’adresserait à tous mais une adaptation fine à chaque étudiant.

– comme tout enseignement dans le champ de la création, il ne s’agit pas d’enseigner des positionnements désuets ou dépassés, mais de tenter au mieux d’habiter les territoires du futur, seuls susceptibles d’offrir à nos jeunes designers une vie professionnelle longue et fructueuse.

Les professeurs d’une école d’art et de design sont et doivent être actifs dans le monde de la création contemporaine ; ils doivent aussi dépasser leur exercice personnel pour pousser leurs étudiants à rester plus jeunes qu’eux plus longtemps, c’est là que la pédagogie devient un enjeu passionnant.

_____________

Frédéric MATHIEU, Conservateur-Responsable de la coordination des collections moderne et contemporaine au musée Cantini

Enseigner la restauration d’œuvres et la conservation préventive

Le 1 février à 10h à l’Ecole Supérieure de Restauration et de Conservation

La prise en compte relativement récente de la nécessité de préserver les œuvres dans la durée a fait évoluer la compétence et la spécificité du métier de conservateur restaurateur,mais au-delà la responsabilité du conservateur de musée. On a pu ainsi, au gré des prises de conscience successives depuis le XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui voir évoluer la formation et l’enseignement de la restauration conservation.

1/ Un enseignement d’abord technique et spécialisé. La plupart des formations et de l’enseignement est donc basée sur des pratiques techniques.

2/ Un enseignement qui se diversifie et se professionnalise, avec la mise en place de cadres déontologiques, légaux et méthodologiques pour l’enseignement de cette profession. Il reconnaît un certain nombre d’établissements pour délivrer un diplôme reconnu et habilitable.

3/ La prise en compte de l’environnement et la conservation préventive conduisent à une interpénétration des professions liées à la présentation, la préservation, l’analyse et l’étude des œuvres. Ainsi, les restaurateurs et les conservateurs, les commissaires d’expositions, les muséographes, les designers, les médiateurs, les architectes, les transporteurs d’œuvres, les assureurs et les artistes sont amenés à collaborer et à échanger.

4/ La transmission est devenue un des enjeux de la conservation des œuvres dans les musées et les institutions : en cela, le développement de la conservation préventive et de sa qualité d’expertise, la mise en place de synergies entre établissements de diffusion du savoir, permet de renforcer la cohésion de la prise en compte de la vie de l’œuvre et de responsabiliser les équipes.

La conservation et la préservation des œuvres sont donc désormais une priorité pour tous les acteurs liés à la préservation et la présentation des œuvres et des objets patrimoniaux.

__________

L‘association Rivages

Créée en janvier 2004, Rivages a pour objet de favoriser et de promouvoir la transmission des valeurs communes aux différentes cultures de l’espace Méditerranéen, ainsi que la reconnaissance de leurs spécificités à travers la connaissance et la pratique des arts visuels dans leur expression la plus contemporaine. La démarche de l’association se fonde sur une conception de la culture comme facteur fondamental d’intégration sociale, de connaissance et d’ouverture aux autres favorisant l’échange entre les populations.
_________

Rivage
27, rue du Panier 13002 Marseille
Tél: 06 63 06 55 15 Mail :rivagesasso@orange.fr
Akila Mouhoubi, artiste peintre en exercice, vit et travaille à Marseille
Directrice de l’association Rivages et coordinatrice du projet.
Anciennement enseignante à L’Ecole supérieure des Beaux-Arts d’Alger.

Laisser un commentaire