Accueil > citation > Culture, leur dernier souci.

Culture, leur dernier souci.

Avec l’affaissement du parti unique, dominé par la médiocrité intellectuelle, le conservatisme et des « familles » faussaires de la légitimité historique, l’Algérie avec les évolutions économiques mondiales n’a jamais ni anticipé ni voulu une politique culturelle ambitieuse, tournée vers l’avenir. Les velléités, les tentatives, les volontés culturelles ont été régulièrement, farouchement bloquées, sinon réprimées au nom de la «révolution » de « l’unicité de pensée et d’action », de la lutte Anti-impérialiste et autres billevesées. Des personnalités (…) et tant d’autres ont eu des destins qu’ils ne souhaitaient pas. Certains ont été purement et simplement assassinés sans suite aucune. D’autres ont pris le chemin de l’exil, de l’oubli, du déracinement. Certains ont parfaitement réussi dans leur art, s’expriment et rayonnent pour le bonheur et le plaisir des citoyens des pays où ils se trouvent et où ils ont planté des racines, des habitudes, des amitiés dans un environnement propice à la culture et ouvert sur le monde. (…) L’Etat qui, par ses obligations pour élaborer une politique culturelle et arbitrer au profit des libertés de création, des créateurs et des initiatives porteuses de productions, d’emplois, d’exportations, de rayonnement à l’étranger, est actuellement aux abonnés absents.

Abdou B.
Le Quotidien d’Oran.
Le 26 mai 2011.