Accueil > DZIGN 2020+1 > DZIGN 2020+1 : Une Biennale pour repenser la ville du 27 mai au 27 juin 2021.

DZIGN 2020+1 : Une Biennale pour repenser la ville du 27 mai au 27 juin 2021.

Pour sa première édition, DZign 2020+1 ambitionne de montrer comment le design, par la diversité de ses méthodes d’action dans l’espace urbain, répond à des enjeux qui concernent la société dans son ensemble : développement durable, économique, culturel et social.

Le design, parti de l’univers du mobilier, s’est aujourd’hui transformé en « science des processus » au service de I’Homme. Sa démarche est faite d’interventions transversales touchant tous les domaines de création liés aux espaces de la communauté urbaine, a la portée de quiconque souhaite agir sur son cadre de vie. Cette biennale porte un regard sur les évolutions qu’a connues le design, devenu une discipline accessible, au champ très large. Elle ouvre les réflexions sur les bouleversements que le design, en intégrant la culture et les pratiques locales, peut apporter sur l’environnement dans lequel il intervient.

« Réinventer la ville par le design » est le point focal de cette édition, car la ville, territoire et champ d’expression aussi large que diversifié, permet a chaque concepteur de s’approprier sa mission de designer pour intervenir sur sa ville, sa rue, son intérieur.

Nous avions spécifié lors de l’appel à candidatures l’ouverture du concours à tout concepteur, qu’il soit architecte, designer, ingénieur, chercheur ou artiste, chacun considéré comme porteur d’un projet capable d’intervenir sur son cadre bâti, sa ville, son quartier ou sa rue, en les transformant en véritables laboratoires d’innovation urbaine. À terme, les transformations esthétiques et pratiques proposées pourraient être de véritables projets a défendre auprès des collectivités locales.

Les expositions traduiront de manière éclectique et diversifiée, toutes les possibilités d’expression. Expressions « classiques », (portant sur des objets, des équipements intérieurs, du mobilier, de l’artisanat…) ou architecturales, mais aussi véritables sujets de

recherche et de développement : solutions techniques liées à l’activité urbaine, mises en scènes esthétiques dans des quartiers vernaculaires, explorations de nouvelles matières et autres alternatives écologiques. Les travaux de la nouvelle génération de concepteurs seront complétés par des projets d’écoles, l’Ecole polytechnique, d’architecture et d’urbanisme, l’Ecole des Beaux-arts qui proposeront des regards d’artistes sur la complexité de la densité urbaine en France et en Algérie.

Du 27 mai au 27 juin, un parcours dans la ville d’Alger mènera le public vers trois expositions, des rencontres en duplex entre France et Algérie, des portes ouvertes sur les écoles partenaires et des projections de films inédits autour de grandes figures du design et de l’architecture ayant marqué plusieurs générations de concepteurs jusqu’à aujourd’hui.

En novembre, des installations éphémères issues du design urbain seront proposées avec l’intervention de deux collectifs, un de designers et un autre d’étudiants de I’EPAU. Des concepteurs venus de France illustreront la diversité de ce champ d’expression. Cette période accueillera également des rencontres, débats et des master classes dirigées par des personnalités internationales du design.

Dzign 2020+1 est donc pensé comme deux rendez-vous entre concepteurs de tous ordres, en vue d’enrichir les approches dans un cadre pluridisciplinaire et de rassembler autour d’une éthique du mieux-vivre.

Feriel Gasmi Issiakhem
Commissaire DZIGN 2020+1

 

Global designer, Feriel Gasmi Issiakhem, vit et travaille â Alger. Elle possède un double cursus de designer (Ecole Supérieure des Beaux-arts d’Alger) et d’architecte (Faculté d’architecture « la Sapienza de Rome ». Après avoir été pendant treize ans cheffe de projet pour des infrastructures au sein de la compagnie pétrolière SONATRACH, elle s’installe â son compte et crée son studio FGI Design. Elle est également porteuse d’un projet de recherches et développement autour de l’innovation incrémentale du liège d’Algérie -SUBERFERKI- soutenu par le centre national d’études et de recherches intégrées du bâtiment (CNERIB). Son travail en tant que concepteur s’inscrit dans une conception-action en autosuffisance locale, avec des projets imaginés à partir de diverses collaborations, ateliers d’artisans, industriels ou « petites mains ». Elle considère que le monde de la création offre un champ d’intervention sans limite, raison pour laquelle elle explore sans cesse ses différentes composantes intrinsèquement liées, que sont l’architecture, l’art, l’ingénierie, la couture, le cinéma et enfin le design, terme qu’elle comprend plus comme un projet d’intention et un processus que comme le simple résultat de la combinaison forme-fonction. Enfin, économie circulaire, résilience, biens communs et durabilité sont le fil constant de toute sa démarche, qui s’inscrit dans une volonté de reconnaissance du design comme véritable enjeu socio-économique en Algérie.

Elle a montré son travail de designer dans diverses expositions nationales et internationales (France, Italie, EAU, Allemagne). Elle a également accompagné en tant que commissaire, la délégation algérienne pour le pavillon Algérie à la 22e Triennale de Milan, et a collaboré avec le professeur Giuseppe Lotti de l’université d’architecture de Florence, à l’édition d’un livre autour de la durabilité entre l’Algérie et l’Italie. Elle a été commissaire des deux éditions d’Italian Design Day en Algérie (2017, 2018). Elle conçoit et réalise également divers projets d’aménagement intérieur, de réhabilitation, de mobilier ainsi que des décors pour le théâtre et le cinéma.

Premier Prix de reconnaissance en tant que 1ère designer algérienne récompensée pour son travail et son engagement lors de la cérémonie du Prix national d’architecture et d’urbanisme en 20I6, elle est aussi Premier Prix aux challenges de l’innovation dans la construction CNERIB en 2018.

Feriel Gasmi Issiakhem est Chevalier de l’Ordre de l’Etoile d’ltalie (2020).

 


Le comité scientifique

Philippe Monestes, Directeur IF Alger
Patrick Girard,
Attaché culturel et audiovisuel
Grégoire Giessler, Chargé de mission culturelle et audiovisuel et audiovisuelle 2019/20201
Sihem Cherouk, Responsable communication
Pierre Blouin-Hulin, Chargé de mission culturelle et audiovisuelle 2020/21
Kenza Souffi-Bachir, Responsable de la programmation des arts visuels et arts de la scène
Abdenour Hochiche, Responsable de la programmation cinéma
Nassim Rouchiche, Responsable du bureau du Livre
Anys Mezzaour, Responsable de la programmation du débat d’idées

 

 

Une biennale pour repenser la ville. EN DEUX TEMPS

TEMPS 01 >>> Un parcours dans la ville qui durera cinq semaines en Mai/Juin 2021.
Temps 02 >>> Une Design WEEK qui durera dix jours en Novembre 2021.

– Organisateur : Institut français d’Algérie.
– Commissaire : Feriel Gasmi Issiakhem.
– Charte graphique : Hicham Gaoua alias El Moustach

 

LIEUX
Institut Français d’Alger : 7, rue Hassani Issad, Alger centre
Les Ateliers Sauvages : 38, rue Didouche Mourad, Alger centre.
Villa Abd-el-Tif : Chemin Kechkar Omar, El Hamma.
EPAU : Route de Beaulieu, EL Harrach.
ESBA : Boulevard Krim Belkacem.

 

L’Institut Français Algérie

L’Institut français d’Algérie, organisateur de la première biennale algéro-française de design Dzign 2020+1, est l’un des plus grands instituts français du monde. Il est le reflet de la relation privilégiée qu’entretiennent la France et l’Algérie. Lieux d’échange, d’initiative, de réflexion et de bouillonnement culturel, les cinq antennes d’Alger, Annaba, Constantine, Oran et Tlemcen proposent chaque année un programme foisonnant d’expositions, concerts, projections cinématographiques, conférences, rencontres, cours de langue et ateliers à destination de tous les publics. Plus de 600 événements culturels par an pour environ 80.000 spectateurs ; 50.000 visiteurs par an dans les espaces Campus France pour 30.000 dossiers de candidature étudiés ; 17.000 élèves inscrits aux cours de français ; plus de 58.000 inscriptions au test de connaissance du français (TCF), soit le 1er pays du monde quant au nombre ; 400.000 abonnés sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram) ; plus d’une centaine de projets de coopération culturelle initiés ou soutenus.

 

Source, dossier de presse.