Accueil > in-vitro > İl n’y a toujours pas de Révolution en Algérie (*) par Saâdi-Leray Farid.
photo founoune, le 2 mars 2019

İl n’y a toujours pas de Révolution en Algérie (*) par Saâdi-Leray Farid.

Alors que l’İtalie commençait à compter ses morts et se retrouvait démunie face à la morbidité rampante de la Covid-19, quelques leaders, désignés ou autoproclamés, du “Hirak” (mouvement populaire enclenché le 16 février 2019) se discréditaient publiquement en évoquant le maintien des marches à tout prix, cela malgré le manque criant de moyens pour juguler rapidement ou efficacement une épidémie devenue planétaire.

En agissant de la sorte, ces jusqu’au-boutistes offraient aux détracteurs-décideurs le meilleur des prétextes pour détourner puis s’accaparer, sous couvert du vocable pernicieux de “néo-Hirak”, le sursaut originel. S’en faire déposséder en douceur, voilà ce qui pend au nez de pseudo-renifleurs incapables de sentir à temps le vent tourner, d’opter en faveur d’un retrait stratégique utile à l’analyse du nouveau champs de bataille au stade duquel excelle la communication propagandiste du pouvoir : tout en calquant des interventions protectionnistes (anti-Covid) sur celles déjà prises ailleurs, il médiatisera à outrance des actions salvatrices dans le souci inavoué de sortir du sombre tunnel comme le seul pourvoyeur de lumières.

Se joue donc actuellement en Algérie autant la sauvegarde des Algériens les plus fragiles, ou la guérison des malades, que la survie du système prédateur qu’une nomemklatura recouverte du burnous de la souveraineté renaissante tente de pérenniser en monopolisant la bonne parole et la distribution des produits de premières nécessités, en mettant parallèlement sous cloche les figures contestataires en mesure de rythmer efficacement les séquences mobilisatrices du renversement paradigmatique. Brimer l’élévation des esprits, c’est ce à quoi s’attache et s’ingénie tout régime autoritaire. Celui enraciné en “pays barbaresque” casse l’un après l’autre les maillons de la chaîne solidaire, les remplacent par des artifices opérationnels que des procureurs et chroniqueurs corrompus transforment en promotions individuelles. Briffés, ces opportunistes sans grade ont pour tâche principale de s’acharner sur les cibles à intimider, à mentalement et physiquement broyer, pourvu que la dévotion aux maîtres garantisse des retombées sonnantes et trébuchantes, que les caméras braquent leur focus sur les coulisses de l’exploit à bon compte pendant que l’état-major de l’Armée fomente l’argumentaire aiguisant la contraction antithétique du “Vrai et Faux Hirak”.

Lire la suite de l’article (8 pages) NOREVOLUTION

 

Date : Le 07 juin 2020
Type document attaché
: PDF
Auteur : Saâdi-Leray Farid.  Sociologue de l’art et de la culture.

(*) Ce titre fait logiquement suite à celui nommé, il y presque une année et publié sur founoune :  “İl n’y a pas de Révolution en Algérie“.