Accueil > à la une > Les mardis c’est permis : Une énième attaque contre la culture
Musée National des Antiquités - Alger - 08 mars 2019

Les mardis c’est permis : Une énième attaque contre la culture

Suite à la manifestation civile qui a eu lieu le 8 mars 2019 à Alger, ainsi que sur l’ensemble du territoire nationale, des millions de personnes sont sorties pour des revendications politiques. Troisième vendredi de manifestation qui coïncidait avec la journée internationale des luttes pour les droits des femmes, avec une plus forte participation féminine, une population hétérogène, jeunes, enfants, parents, anciens, femmes, hommes, est sortie, tous ensemble dès la fin de la matinée pour se rejoindre au centre-ville. Aucun moyen de transport public n’a fonctionné ce jour-là néanmoins, cela n’a pas découragé les gens à se retrouver à différents points de rencontre. Il y avait une ambiance assez détendue et chaleureuse sur les rues de Didouche Mourad, de la Place Audin, de la Grande poste, et ce, jusqu’aux alentours de 17h.

Aux environs de 15h30, au niveau du boulevard Krim Belkacem (ex Telemly), un autre scénario se profilait. L’atmosphère était étrangement différente des autres vendredis. Ainsi, les manifestants pacifistes qui faisaient tout pour éviter les violences, ont été inquiétés par la présence de personnes biscornues, venues précisément avec une mission : saccager et créer le chaos sur ce boulevard, connu des algérois pour être l’un des plus beaux et surveillés des quartiers d’Alger. Les cibles ? l’Ecole Supérieure des Beaux Arts et le Musée national des Antiquités. Après les manifestations, ces jeunes, ont été clairement dirigés vers ce lieu de haute culture dans un esprit de destruction. D’abord montés sur le toit du musée, ils ont enfoncé le portail de l’Ecole des beaux-arts pour jeter des blocs de pierres de toutes tailles sur les manifestants et les policiers, s’en est suivi ensuite la prise en otage de manifestants ne sachant où aller pendant plus de deux heures, entre des criminels et des grenades lacrymogènes. Ainsi, la cour du musée, où sont exposées des stèles libyco-romaines, a été vandalisée, des bureaux administratifs du bloc de la section Arts islamiques ont été brûlés avec toutes leurs archives et selon certaines images publiées par le ministère de la culture, des vitrines à l’intérieur cassées et des pièces de collections ont été volées puis retrouvées au jardin adjacent. La liste exacte des dégâts et pillages n’est pas encore officiellement établie. Seules des vidéos et images ont été diffusées par une chaîne de télévision privée algérienne, connue pour ses reportages basés sur le sensationnel, arrivée sur place pour filmer le chaos et donc peut-être même les individus qui sont en cause! Que pouvons-nous comprendre de cette situation ?

Des manifestations ont eu lieu plusieurs fois sans qu’il y ait atteinte à ces lieux mais là, d’un coup, des délinquants se sont attaqués particulièrement à la culture. Ils n’ont pas attaqué une bijouterie, une banque ou encore des distributeurs postaux, mais un musée ! Pour voir plus clair à toute situation, peu importe le pays, le motif, la période, la situation une seule question suffit : A qui profite le crime ?

Selon encore un communiqué du ministère, des dispositions ont été prises pour renforcer la protection et la sécurité des lieux. Lesquelles? Alors que des professionnels du domaine du patrimoine culturel et de la muséologie n’ont cessé de dénoncer l’état de nos institutions culturels depuis des décennies, à cause de certains festivals se tenant sur des sites classés, alerte de pillage ça et là dans tout le pays sans être entendus. La semaine dernière, certains avaient déjà tiré la sonnette d’alarme concernant la sécurité des ces mêmes lieux, sans que rien ne soit fait. A qui profite le crime ? Au peuple? surement pas. Sommes-nous à la première attaque contre la culture ? non plus.

Dégâts au Musée des Antiquités – photos prises des sources citées dans le texte

L’adage dit : “La culture, c’est la mémoire du peuple, la conscience collective de la continuité historique, le mode de penser et de vivre”.

Neila Djedim

 

Pour en savoir plus :

Entretien avec Nacéra Benseddik : Le travail se fait avec la compétence et la conviction

Lien de la page fb du musée des Antiquités :

https://www.facebook.com/musee.mpna

Quelques articles sur le pillage et vandalisme :

https://www.elwatan.com/regions/kabylie/boumerdes/zemmouri-el-bahri-boumerdes-actes-de-pillage-au-site-archeologique-de-rusubikari-25-09-2018

https://setif.info/article5703.html