Accueil > à la une > REBELLES UN JOUR, REBELLES TOUJOURS : Mustapha Boutadjine dévoile ses femmes à la galerie ARTBRIBUS

REBELLES UN JOUR, REBELLES TOUJOURS : Mustapha Boutadjine dévoile ses femmes à la galerie ARTBRIBUS

De Baya El Kahla à la Tamazgha, sans oublier Simone de Beauvoir, Jacqueline Guerroudj, Rosa Parks, Djamila Bouhired, Esma Redzepova, Djamila Boupacha, Angela Davis, Gisèle Halimi, Myriam Makeba, Ella Fitzgerald, Louisette Ighil Ahriz, Germaine Tillion, Tracy Chapman, Cesaria Evora, Dulcie September, Leila Chahid, Annie Fiorio Steiner, Hassiba Ben Bouali, Ourida Meddad, Raymonde Peschard, Djamila Amrane-Danièle Minne, Leyla Zana… 

Mustapha Boutadjine dévoile ses femmes à la galerie ARTBRIBUS
Période : du 8 au 31 décembre 2017

DOSSIER DE PRESSE « COLLAGE RÉSISTANT(S) »

« Mustapha Boutadjine confère à l’art du portrait un surcroît de sens. (…) Par le seul effet de la technique qu’il a inventée, [ses] images s’imposent comme des icônes de notre époque (…) Les images deviennent des paysages, et c’est ainsi qu’en les livrant à un nouvel espace, Mustapha Boutadjine les affranchit des limites du temps ».
Ernest Pignon-Ernest


LE LIVRE : « COLLAGE RÉSISTANT(S) »

Les éditions Helvétius publient une rétrospective très complète de l’œuvre du « graphiste-collagiste » Mustapha Boutadjine. Cet ouvrage monumental rassemble quelque trois décennies de création engagée, d’hommages grand format rendus aux figures d’insoumis, de rebelles célèbres ou anonymes qui forment le panthéon de l’artiste.

Les collages de Mustapha Boutadjine sont des portraits composés à partir de fragments déchirés de magazines de luxe, qui viennent recouvrir un portrait initial reproduit par l’artiste à la mine de plomb d’après une photo. Impressionnants de vie et de virtuosité technique, ces grands portraits (souvent de 130 x 95 cm, parfois plus) empruntent à la fois au graphisme et au collage, selon cette technique originale d’une minutie extrême mise au point par Mustapha Boutadjine, et par laquelle il parvient, au terme d’un long processus et d’un intime dialogue avec son modèle, à en restituer l’âme et le cœur. 
Reproduire dans un livre toute la richesse de ces mosaïques ne fut pas un mince défi, et c’est donc un ouvrage également hors normes qu’ont conçu les éditions Helvétius : pas moins de 150 œuvres de l’artiste sont reproduites en format pleine page de 40 x 28 cm, complétées par les portraits écrits de 116 auteurs. 
Ce grand format parvient à restituer la finesse de juxtaposition de ces centaines de petits morceaux de papier, mais aussi les clins d’œil de l’artiste (notamment sa signature, une photo de son visage perdue parmi les autres fragments de papier, mais également les bouts de textes, de marques, de corps, de logos reconnaissables lorsque l’œil plonge dans l’œuvre, et rappelant non sans une certaine ironie que les touches composant des grandes figures de la rébellion proviennent de magazine de luxe).

L’ouvrage est découpé en plusieurs chapitres, reflet des engagements de l’artiste : 
– Les Femmes d’Alger
– Sous les pavés, le gitan
– Black is toujours beautiful
– America basta
– Insurgés
– Poètes
– Contre-images

Parmi les personnalités figurant au panthéon de Mustapha Boutadjine, on peut retenir Mohammed Ali, Louis Aragon, Jean-Michel Basquiat, Simone de Beauvoir, Pablo Neruda, Angela Davis, Jean Genet, Gisèle Halimi, Chester Himes, Bob Marley, Arthur Rimbaud, Rachid Taha, Germaine Tillion…
Et parmi les auteurs qui ont accompagné de leurs mots les portraits de l’artiste figurent notamment Raphaël Confiant, Mgr Jacques Gaillot, Gisèle Halimi, Daniel Herrero, Yasmina Khadra, Jean Ristat ou Bruno Solo.

Voici ce que certains de ces auteurs ont écrit sur Mustapha Boutadjine : 

Ernest Pignon-Ernest : « « Mustapha Boutadjine confère à l’art du portrait un surcroît de sens. (…) Par superpositions successives, strate après strate, il suscite une vibration qui semble la marque d’une complexité quasi infinie, d’une complexité vivante. Car il s’agit non seulement de rendre présent tel ou tel personnage célèbre, tel ou tel anonyme emblématique, mais d’adjoindre à cette présence un territoire, une histoire, des résonances ».

Jean Ristat
: « Mustapha Boutadjine subvertit la photographie et lance, dans le même mouvement, un défi à la peintre ».

Jean-Pierre Han
, à propos du collage « Viet Nam : Kim Phuc » : « La technique de Mustapha Boutadjine, reprenant la photographie de Nick Ut et avec des centaines de petits papiers déchirés et volontairement mal ajointés, correspond parfaitement à mes yeux à la « réalité » de la scène, celle d’une vie déchirée en mille éclats et aux couleurs sombres, comme passées. »

Jean-Louis Pradel
: « Les portraits de Mustapha Boutadjine illuminent le visage de la révolte où se reconnaît l’orgueilleuse volonté d’être libre. Ils donnent forme à un panthéon fraternel de résistants « étrangers », comme ceux de « l’Affiche rouge » que célèbre Aragon. »

Spécifications techniques : 
320 pages – Couverture cartonnée – 28,8 x 40,8 cm – 70 euros
152 œuvres couleur + reproduction en accordéon d’une fresque de plus de 500 collages réalisés par des enfants des foyers socio-éducatifs de Toulouse en collaboration avec Mustapha Boutadjine.
116 auteurs
1 DVD, « Bouts de vie, bouts de rêves », film de 19 mn d’Hamid Benamra (version courte de son film de 52 mn en compétition officielle dans 17 festivals).
Préface d’Ernest Pignon-Ernest et postface de Patrick Le Hyaric
L’ouvrage peut être commandé directement sur le site de l’éditeur editionshelvetius.com ou en librairie.

L’AUTEUR : MUSTAPHA BOUTADJINE

Mustapha Boutadjine est un homme dont les engagements traversent pour ne pas dire constituent l’œuvre comme la vie. Cet artiste qui se définit comme graphiste-collagiste vit en France depuis 1988 et expose très régulièrement ses portraits de rebelles et d’insurgés de tous les pays en France et à l’étranger. Il présente également ses œuvres dans sa galerie Artbribus du 13ème arrondissement de Paris, où il accueille par ailleurs régulièrement des artistes étrangers, notamment latino-américains.

Né en 1952 à Alger, Mustapha Boutadjine est diplômé de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts d’Alger en architecture d’intérieur (1974), de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs de Paris en design industriel (1978), ainsi que d’un DEA en esthétique et sciences de l’art de la Sorbonne (1984). Il vit en France depuis 1988.

Actualité : 
Exposition « Parcours en Résistance » à Dijon du 25 novembre au 10 décembre dans le cadre du festival Nuits d’Orient à l’hôtel Despringles 
Exposition « Rebelles un jour, rebelles toujours » Du 8 au 31 décembre 2017 à la galerie Artbribus, 68 rue Brillat-Savarin 75013 Paris

L’ÉDITEUR : HELVÉTIUS

Les éditions Helvétius, dont la devise est « du progrès social en général et du genre humain en particulier » ont été créées en 2014 par Jacques Dimet. Dotées d’une ligne éditoriale forte, elles publient avec parcimonie des romans, des essais, des beaux livres, et n’hésitent pas comme en témoigne « Collage Résistant(s) » à relever des défis éditoriaux. Elles préparent pour l’automne 2018 leur 18ème titre, également exceptionnel, le fac simile d’un recueil totalement inédit de dessins d’Aragon.

INFOS UTILES 
editionshelvetius.com – 21, place Maurice Thorez, local 1, 94800 Villejuif – 01 79 86 24 69 – contact@editionshelvetius.com
Relations presse « Collage Résistant(s) » : Gaëlle Cueff – 01 42 41 64 98 – 06 75 15 22 55 – contact@gaelle-cueff.com