Accueil > arts visuels > Rencontre avec Tallal Hossein par Guita Moncef

Rencontre avec Tallal Hossein par Guita Moncef

Dans un détour de stand de Marrakech Art Fair 2011, trônait TALLAL Hossein jovial et accueillant entouré d’artistes et d’amis divers, l’on vient très spontanément aux échanges d’informations divers, après les présentations : nouvelles de santé, du pays de l’art et de la culture. Le tout s’est passé dans un ambiance de Franche convivialité et discussion amicale comme cela se passe entre personnes qui partagent les mêmes valeurs et les même perception des choses, des êtres et des évènements.

C’est à la galerie Alif Bâ, Casablanca, que fut prolongé notre rencontre, à la rue Slaoui ou nous fûmes reçu par Tallal Hoceini fils de Chaïbia accompagné de son aimable assistante Rabéa Aroussi. Maître des lieux, affable et disponible, il nous fit visiter comme il se doit les moindres recoins. D’abord, et dés l’entrée, une frise d’une série de photographies tapisse le mur résumant, en voir et blanc, les rencontres et les évènements principaux de son parcours artistique.

Au beau milieu, un portrait de Chaïbia, authentique dans son costume traditionnel, semble veiller, de là ou elle est, au bon déroulement de l’accueil. Tout autour, sur les murs latéraux du rez-de-chaussée plusieurs peintures, dessins, gravures ou autres témoigne de la richesses et la qualité des amitiés que Chaïbia et Tallal ont pu avoir durant leur carrière exceptionnelle. A l’étage auquel on accède par un escalier situé à proximité de l’entrée principales, idem avec une kyrielle d’objets d’art hétéroclites : bibelots, statuettes et surtout des meubles de collection d’une rare qualité.

Tallal, durant toute la journée fut intarissable en anecdotes diverses vécues en compagnie de Chaïbia. Ainsi Gaudibert, impressionnée par la qualité et la beauté des tapis qui cette dernière a peints ne manqua pas de signaler « le talent et la spontanéité qui marque ainsi la naissance, dans le firmament de la peinture marocaine de Chaïbia ».

Tour à tour enjoué, clairvoyant et objectif quant au rôle de l’art et de l’artiste, Tallal ne tergiverse nullement quand il s’agit d’authenticité et de sincérité. Parfaitement au fait des modes et styles qui foisonnent ça et là et qui en ces temps flous se jouent de la qualité, faisant ainsi la part belle à une faune d’opportunistes de tout acabit, Tallal du haut de sa stature les toise sans mot dire, gardant une posture faite de dignité et de grandeurs naturelle, « Grand seigneur baroque, connu pour la vivacité de son esprit, pour son humour incomparable, pour son rire tonitruant, fidèle en amitié, terrible dans le mépris, Tallal est une force qu’angoisse l’humaine condition » (1)

Guita Moncef
Artiste peintre algérien / Sculpteur/ Poète

(1) Alain Flamand (Regard sur la peinture contemporain au Maroc) Ed Al-Madariss Casablanca
 


Guita Moncef & Tallal Hossein


L’artiste peintre Hussein Tallal
est décédé le samedi 19 février 2022 à Casablanca, à l’âge de 80 ans.

“Il a commencé à peindre avant sa mère, l’immense Chaïbia. Grande figure de la peinture marocaine contemporaine, les aléas du destin l’ont installé à l’ombre de la stature dévorante d’une mère immensément célèbre. C’est pourtant un peintre accompli par la touche, le travail plastique, la facture mais aussi la pertinence du regard et la signification qui se dégage de ses œuvres. Hossein serait-il nostalgique de sa propre enfance, regrette-t-il d’avoir grandi? Beaucoup de ses toiles captent en tout cas l’univers fantastique des personnages de cirque, les ambiances féeriques des fêtes foraines. Et malgré ce personnage de grand seigneur baroque qu’il incarne, il y a aussi dans ses œuvres un lac profond de mélancolie et de nostalgie que rien, absolument rien, ne viendra consoler, apaiser, effacer. L’Eden des origines révolues est à jamais perdu! Mais cet Eden est constamment réinventé, réitéré, ressuscité, reconduit par Hossein Tallal dans l’épaisseur des toiles qui représentent toujours les mêmes figures et les mêmes tourments. Tallal est le peintre marocain de la solitude et de l’essentiel par excellence.” (source texte catalogue exposition).

Bibliographie
1971 – Art dans le monde (Larousse) ( René Huyghe)
1982 – Peinture Marocaine (Dr Sijilmassi)
1984 – Regard sur la peinture Contemporain au Maroc (Alain Flamand)
1991 – L’art contemporain au Maroc (Dr Sijilmassi)

 

 

La galerie Alif Bâ, Casablanca, Maroc.