Accueil > intra-muros > LES RENCONTRES ART & MANAGEMENT DE CASABLANCA #2

LES RENCONTRES ART & MANAGEMENT DE CASABLANCA #2

Les Rencontres Art & Management de Casablanca se proposent d’étudier et d’encourager les relations entre deux domaines, l’art et le management. Deux champs d’activité qui aussi éloignés qu’ils puissent a priori paraître, peuvent parfaitement trouver des terrains fertiles d’articulation.

Les Rencontres Art & Management de Casablanca interviendront tant au niveau pratique que théorique, sous-formes de conférences, de séminaires et d’ateliers. L’objectif est de mieux sensibiliser les entrepreneurs et leurs managers, mais aussi l’ensemble de leurs collaborateurs à impliquer les pratiques artistiques au sein de leurs entreprises.

Les Rencontres Art & Management de Casablanca se proposent aussi d’encourager les passerelles entre le monde de l’entreprise et celui de l’art : les acteurs de sa production et sa médiation, sa diffusion et sa commercialisation.

Les Rencontres Art & Management de Casablanca s’adressent également aux artistes pour les aider à comprendre la nécessité de prendre en compte dans leur activité le management, s’ils souhaitent vraiment réussir la gestion de leurs projets et évoluer de manière structurée dans leur carrière.

Dans ces rencontres, il s’agira d’expliquer comment et pourquoi lorsqu’elles sont menées de manière judicieuse, les interventions artistiques peuvent nourrir le management et offrir des possibilités inouïes aux managers pour mieux exercer leur mission, réaliser des performances professionnelles, tout en assurant les conditions de leur épanouissement personnel. Et pour les artistes, de développer leur créativité tout en organisant avec maîtrise et assurance leurs différentes actions, en gérant efficacement leurs projets, leurs moyens, leurs équipes et leurs dossiers administratifs et promotionnels.

Lieu : H2/61.26
Edition 2018 : mardi 27 novembre et mercredi 28 novembre
Heure : à 18h30
Mohamed Rachdi (fondateur de H2/61.26)

PRÉSENTATION 

NABIL BAYAHYA 
/
Nabil Bayahya est diplômé de Sciences Po Paris et d’un troisième cycle à l’université Nice Sophia-Antipolis. Il est actuellement Associé Exécutif Mazars Maroc, Cabinet international d’Audit et de Conseil. Il est également enseignant de stratégie en Master et auteur de nombreuses publications en France et au Maroc. 
Nabil Bayahya est par ailleurs impliqué dans de nombreuses associations en tant que : Président de l’Association Marocaine de Conseil en Management (AMCM) ; Membre du Conseil d’Administration de l’Association Marocaine d’Intelligence Economique (AMIE CENTER) ; Membre du Comité d’Orientation Scientifique du centre de recherche «CESEM» et Mentor au sein d’Endeavor. 
//
Nabil Bayhya est modérateur de ces rencontres 
//

//////////////////////////////////////////////
MARDI 27 NOVEMBRE – À 18H30
/////////////////////////////////////////////

/
CHRISTIAN DRUGMAND 
/
42 ans de vie professionnelle dont 35 dans les ressources humaines.
Spécialisation dans l’art de développer les autres : la mobilité, la formation, les risques psychosociaux et le bien-être.
Orientation vers l’avenir des RH en en termes de compétences : in et out
Recours aux technologies nouvelles
Auteur et co-auteur de plusieurs ouvrages, dont notamment chez Afnor éditions : Le management optimal, concilier performance et bien-être au travail ; VAE Validation des Acquis de l’Expérience ; Comprendre et prévenir les risques psychosociaux en éradiquant les pratiques nocives.

LE MODELE MAITRISE-ALTRUISME-PASSION, L’ART ET LES ARTISTES 
Quelques modèles de management ont fait florès à juste titre. On peut citer Maslow, le Servant Management, le Toyautisme…
Philip Pardo et Frank Rouault proposent un modèle alternatif, le MAP (Maîtrise, Altruisme, Passion) basé sur une compréhension élargie et enrichie des codes de la chevalerie.
Ce modèle peut-il s’appliquer à l’art et aux artistes ? 
Peut-on lui reconnaître une portée plus large encore ?
Nos participants nous aideront à construire cette réponse.

/
HICHAM DAOUDI 
/
est fondateur de la maison de vente aux enchères CMOOA (Compagnie Marocaines des Œuvres et Objets d’Art) e 2002, initiateur du magazine Diptyk en 2008 et de Marrakech Art Fair en 2010-2011, puis du Comptoir des Mines en 2006.

STRUCTURER L’AUDACE
Ayant à son actif plusieurs projets avec des institutions marocaines et étrangères qui ont favorisé la dynamique du marché de l’art marocain. Hicham Daoudi partagera avec le public son expérience dans le domaine de l’art et de l’entreprenariat en expliquant comment il exerce son métier d’acteur culturel tout en tenant compte les règles de l’entreprise au Maroc, d’une part et d’autre part, comment il accompagne et conseille les artistes à structurer leurs démarches pour qu’elles puissent mieux interpeller le monde des entreprises.

/
AMINA AGUEZNAY
/
Après des études en architecture à Washington DC, Amina Agueznay dirige plusieurs projets architecturaux aux Etats Unis. De Cette expérience l’a conduite à développer une pratique artistique entre le design et l’art : la création du bijou. Conçues comme de véritables odes à la matière, ses premières collections la mènent vers des pièces réalisées selon des savoir-faire traditionnels et ses propres expérimentations. Renouant avec certaines applications architecturales, elle transforme ses parures en installations corporelles XXL qui progressivement commencent à investir l’espace tout entier au détriment du corps.
Ses installations majeures, Cocon/Alter Cocon (2010), Skin (2011), Casablanca Green (2015), Ankabouth (2017) et Bruits (2018) seront respectivement exposées à Casablanca, à Assilah, à New York, à Paris, à Mons en Belgique, etc…
Depuis la fin des années 2000, elle conduit des ateliers d’innovation artisanale, ainsi que des missions de labellisation et de préservation des savoir-faire commandités par différentes instances nationales.

ART, ARTISANAT ET CREATION COLLABORATIVE
De par sa formation d’architecte aux États-Unis, Amina Agueznay a très tôt compris l’importance du travail en équipe. En effet, elle a été amenée à gérer des projets en tant que project manager. De retour au Maroc, elle met à profit son expérience dans le domaine de l’architecture, pour réaliser ses collections de bijoux. De là est née sa collaboration avec des maîtres artisans détenteurs de savoir-faire ancestraux.
Après plusieurs années d’expériences, d’échanges et d’histoires tissées avec les personnes impliquées dans la réalisation de ses projets, le processus de création et de production étaient devenus aussi importants que l’œuvre finie.
De la fabrication de bijoux aux installations artistiques en passant par des ateliers d’animation, elle a ainsi développé, au fil des années et de l’évolution de son travail, une approche créative basée sur le principe de la collaboration. 
A travers quelques exemples, Amina Agueznay présentera sa démarche créative collaborative.

////////////////////////////////////////////////////
MERCREDI 28 NOVEMBRE – À 18H30
///////////////////////////////////////////////////

/
JÉRÔME CATZ
/
D’abord, snowboarder professionnel, journaliste de 1990 à 2003. Ensuite, Créateur des centres d’art Spacejunk en France (Grenoble, Lyon, Bayonne) depuis 2003 et commissaire d’exposition indépendant. Spécialiste du travail de Shepard Fairey, il est aussi l’auteur du livre Street Art Mode d’Emploi (Flammarion 2013, Thames&Hudson 2014) et Street Art le Guide (Flammarion 2015). Très attaché à la partie médiation culturelle, il milite activement pour la reconnaissance des arts plastiques émergents au sein du monde de la culture. Depuis 2015 il a mis en place le plus grand festival de Street Art en Europe à Grenoble.

LA PLACE DE L’ENTREPRISE DANS LE FINANCEMENT DE LA CULTURE PORTEE PAR LE POLITIQUE 
DEMAIN : QUEL MODELE ECONOMIQUE POUR L’ACTION CULTURELLE PUBLIQUE ? 
Enjeux de société, de réintégration de l’entreprise dans la vie de la cité et du sens que l’entreprise apporte à ses salariés. 
Mise en perspective d’une action réussie avec une entreprise (ARaymond) dans un contexte d’évènement public au cœur de la cité.

/
JULIETTE AGABRA
/
Le parcours atypique de Juliette Agabra trouve sans nul doute ses racines dans son histoire familiale. Une grand-mère peintre, un père cinéaste et écrivain, ont ouvert une voie qui est restée souterraine pendant de nombreuses années. Après un long parcours (École d’ingénieur Agronome, Doctorat en Intelligence Artificielle, entrée à la SNCF en 1999…) le besoin de créer s’est imposé. Formée en 2013 auprès de Pierre-Jean Varet, fondateur du “Musée Artcolle”, elle a très vite senti ce que cette activité pouvait lui apporter dans son univers professionnel et elle accompagne aujourd’hui au sein de la DRH des managers pour les « sortir du cadre ».

MANAGERS, LIBÉREZ-VOUS… GRÂCE À L’ART !
Nous avons tous un cadre de référence, des croyances, qui nous limitent sans que nous en ayons réellement conscience. « Regardez les choses jusqu’à ce que vous puissiez les voir autrement, ou voir ce qu’elles pourraient devenir », disait John Hoyland, artiste britannique contemporain. C’est cette maxime que Juliette Agabra applique lorsqu’elle réalise ses collages “déconstruits/reconstruits”, et qu’elle s’efforce de véhiculer dans son entreprise, la SNCF, où elle conçoit des programmes d’accompagnement managériaux innovants. Les managers, pris dans des injonctions souvent contradictoires, ne s’autorisent pas à prendre le recul suffisant pour re-questionner/contester ces directives, mais au contraire les perpétuent malgré eux, parfois dans l’absurdité, quitte à en oublier leur libre arbitre. L’art du collage, dans la forme utilisée par Juliette Agabra, peut les y aider, parce qu’il les oblige à changer leur façon de voir les choses, à « sortir du cadre ».

/
MARIE-FRANCE LEFÈVRE 
/
est professeur associé à Grenoble Ecole de Management et consultante indépendante. Elle accompagne les entreprises sur les thèmes de la performance commerciale et du management et dirige des programmes de formations en France et au Maroc. Elle tisse des liens entre art et management à travers les projets qu’elle mène. « Bricoleuse artistique » elle explore les thèmes du lien et du cœur à travers l’écriture (Chacun cherche son étoile) et l’art. Elle reçoit des artistes dans la résidence qu’elle a créée à Villard de Lans.

SPECIAL SERIOUS GAME
« Sortir du cadre, innover être disruptif… » autant d’injonctions que lancent les entreprises à leurs managers. Oui mais comment ? Comment suivre son intuition, permettre à chacun d’imaginer « une troisième voie », comment donner confiance et envie d’explorer son potentiel créatif pour aborder des questions managériales ? C’est quelques-uns des bénéfices du jeu « Mon art, ton management » que vous pourrez expérimenter lors de notre rencontre.

//
Les Rencontres Art & Management de Casablanca sont proposées par H2/61.26 (Maroc) en collaboration avec Horizons d’art (France) 
Coordination : Marie-France Lefèvre et Mohamed Rachdi

//
H2/61.26
espace d’art et culture
/
61, AVENUE HASSAN 2
20100 CASABLANCA
MAROC 
/
CONTACT : +212678328008
//