Accueil > chronique Talbi Farid (page 3)

chronique Talbi Farid

Le chien et le prisonnier par Talbi Farid

Après le café de quinze heures pile poil, çà titille le cortex ! Tu sais, le journaleux de mes deux ou trois, celui-là qui faisait dans la narration à sa façon, du fan vulgaire des rencontres de foot réformé à la mode de chez ‘nous-qu’on-a-gagné’ ? Cris jouissifs impudiques quand …

Lire

Mira Flores Morales…hein ! par Talbi Farid

Je me demande pourquoi l’œuvre socio-politique exceptionnelle de Morales, ne fait pas l’objet d’un plus large traitement médiatique européen , et pourquoi pas jusqu’à la pioche philosophique. Je trouve plus navrant encore que les pays soudev’, zappent (zappassent !!!) délibérément le personnage qui a sorti son pays au fond du …

Lire

Cherche footballeur talentueux précoce par Talbi Farid

Une grosse étude de spécialistes met en relation, en premier lieu, la géographie mondiale du développement du football talentueux précoce aux seuls moyens organiques structurels de formation de jeunes, en académies, clubs, associations, écoles ! Stupidité d’ignares ou fausse piste ? La vérité est que l’existence du football talentueux précoce …

Lire

Peinture sociale : Biboz et Samo

Biboz, le neveu à Samo émigrée de Paris, se remarie cette quatrième fois avec la petite cousine, une incertaine Zozo. Qui doit adorer forcément le rituel du forfait et la forfaiture. Lui, pas d’âge. Entre vingt et quatre vingt dix ans. Pour faire jeune un pull rock star de pub …

Lire

Le chien et le journaleux … par Talbi Farid

Après le café de quinze heures pile poil, çà titille le cortex !. Tu sais, le journaleux de mes deux ou trois ou quatre, celui-là qui faisait dans la narration à sa façon, du fan vulgaire des rencontres de foot réformé à la mode de chez “nous-qu’on-a-gagné” : cris jouissifs …

Lire

LE CITRON DE LA CONCORDE par Talbi Farid

On ne se refait pas !  Jadis ma mère traitait ses névralgies stratégiques, ses maux de forte ou mauvaise tête héréditaire, ses migraines domestiques d’épousée, en appliquant des quartiers de citron sur ses tempes, quartiers fixés par un foulard enroulé autour du crâne. Et grossièrement, frontalement noué, pleine face, bien …

Lire