Accueil > édito

édito

Le patrimoine culturel promu aux dépens de l’historiographie artistique et du marché des œuvres par Saâdi-Leray Farid

« En Algérie, ces éventuels ou supposés experts non pas encore réglé la question inhérente à la double temporalité culturelle. Celle de l’avant Juillet 1962 se rapporte aux orientalistes de la Villa Abdelatif puis aux algérianistes de l’ “École d’Alger”, la seconde (de la postindépendance) aux peintres embourbés dans les …

Lire

« Anticiper l’avenir » par Mansour Abrous

La politique « officielle » de patrimonialisation des arts visuels se résume à une directive administrative, elle n’est pas la signature d’une ambition, d’une vision. L’État est brouillon, il fixe des objectifs intenables, met en place des processus de travail non maîtrisés. Il joue l’échec. Les questions du patrimoine sont …

Lire

L’art algérien existe-t-il ? par Françoise Monnin (2003)

«Dès qu’un homme commence à peindre, il perd sa nationalité, répète à l’envi Abdallah Benanteur, peintre né en 1931 à Mostaganem, et installé depuis tout juste 50 ans à Paris. Il est temps qu’on le sache. Ceux qui se disent peintres algériens sont victimes de leur ignorance. Un peintre ne …

Lire

founoune, un outil au service de l’art par Ammar Allalouche

On ne vient pas à la création d’un site artistique par effraction. On n’en hérite pas comme une douce fatalité depuis les nombreux contacts avec l’art et les artistes. L’auteur qui n’en est pas à son premier combat, persiste et signe pour une nouvelle version beaucoup plus d’avant garde et …

Lire

Véritable brassage intergénérationnel florissant

L’instant est important. Car “Founoune” engage, dès à présent, une nouvelle phase de développement qui lui permettra de s’imposer plus d’exigences qualitatives et, dès lors élargir le public de puristes en quête d’un art maghrébin à peine ressuscité. Cet art populaire qui, quoique plein d’espoir, ronronnait ventriloque, pauvre de lui, …

Lire