Accueil > intra-muros > Wafa Bensaïd expose à Batna (Algérie) du 7 au 21 mars 2017 au centre commercial Festival City
Wafa Bensaid expose à Batna

Wafa Bensaïd expose à Batna (Algérie) du 7 au 21 mars 2017 au centre commercial Festival City

Un bijou qui sommeille dans son écrin ne rutile qu’une fois exposé à la lumière. Wafa Bensaïd l’a appris à son insu! Son excès de modestie l’empêche d’exprimer en paroles l’engouement à la lumière qui bouillonne en elle.

D’ailleurs, elle n’en a que faire puisque l’ineffable est trahi par les coups de couteau qu’elle porte à ses toiles : «Le pinceau est trop doux», explique-t-elle de manière énergique, en joignant le geste à la parole. Elle nous fait cette révélation lors d’une rencontre dans la galerie d’art du centre commercial Festival City, où elle expose ses toiles, et le 8 mars était une date appropriée pour l’entrevue que nous lui avons consacrée. Le regard, plutôt fuyant, cachait mal la métamorphose qui s’ouvre en son for intérieur.

Elle finit par céder et avoue avoir décidé de marcher la tête haute. Cette tête qu’elle a si longtemps baissée : «J’ai rejoint l’Ecole des beaux-arts en 1994 et je faisais la navette entre Batna et Tazoult (10 km) quatre ans durant», me laissant deviner dans quelles conditions ! Une période de terreur, de sang, où elle a failli abandonner: «J’ai arrêté mes études pendant un mois, mais je me suis résolue à les reprendre vaille que vaille.».

La série de toiles qu’elle expose en est une réelle expurgation. Toutes ses récentes peintures sont conçues sur un fond noir qui laisse fuser la lumière. Encore mieux, les murs en pierre sont translucides et laissent transparaître cette inénarrable nature qui entoure la ville où elle vit et qu’elle ne percevait pas. Une fois ses études terminées, elle s’enferme et organise sa première exposition à Sétif. Elle eut le deuxième prix, qu’elle ne goûtera pas comme il se devait. «Je n’étais pas présente, c’était mon frère qui se déplaçait à ma place pour me représenter !», nous précise-t-elle avec amertume. Ensuite, c’est l’enfermement de la vie conjugale : «De 2003, l’année de mon mariage, jusqu’en 2012, je me suis consacrée à ma famille». Elle entame une vie professionnelle, où on lui propose d’enseigner la peinture, mais pas celle qu’elle aime, car il s’agissait d’apprendre à des élèves d’un centre de formation professionnelle le ravalement des façades.

Elle s’apprête aujourd’hui à tenter l’enseignement de l’infographie à l’Institut des beaux-arts, mais veut consacrer beaucoup de son temps à la créativité. Bien qu’elle essaye d’éviter les sentiers battus, Wafa se doit de s’armer de plus d’audace, opinion qu’elle partage entièrement avec nous pour pouvoir déployer ses ailes et oser dévoiler les visages anonymes qui illustrent ses tableaux. Son exposition, inaugurée mardi dernier, s’étalera jusqu’au 21 mars.  

Lounes Gribissa
El watan du 11 mars 2017
Edition régionale

______

Période : exposition du 7 au 21 mars 2017

LieuFestival City Batna 

 

Wafa Bensaid expose à Batna au centre commercial Festival City Batna 

 

Wafa Bensaid expose à Batna au centre commercial Festival City Batna  

 

Wafa Bensaid expose à Batna centre commercial Festival City Batna

 

Wafa Bensaid expose à Batna du 7 au 21 Mars 2017

Laisser un commentaire